L’histoire de l’AJECTA

L’AJECTA est née, il y a près de 50 ans, de la passion de quelques amis, tous amoureux du vieux chemin de fer, celui des gueules noires et des lignes secondaires. A la fin des années 60, la vapeur était moribonde et son extinction inéluctable.

08 mai 1971: l’un des derniers trains à vapeur entre Eix et Verdun remorqué par la 140 C 122 (photo Pierre Debano)

Nombre d’amateurs parcouraient frénétiquement la France, appareil photo en main, pour recueillir des images de ses derniers panaches. Désirant vivre jusqu’au bout sa passion, ce petit groupe va aller plus loin encore en envisageant le rachat de locomotives réformées, avec l’idée de les remettre en état de marche.

Constituée dès 1968, cette équipe s’était initialement rassemblée autour d’un projet de reprise d’une ligne secondaire à voie métrique (Florac – Sainte Cécile d’Andorge). Après l’échec de ce projet, l’idée germe d’une installation en région parisienne et d’une nouvelle orientation vers la voie normale. Le dépôt de Longueville est déniché par hasard (c’était la remise d’Esternay qui était convoitée), mais c’est une visite au dépôt SNCF de Chaumont, en avril 1972, qui est le véritable détonateur. La 130 B 439 est en grande réparation et doit reprendre du service à des fins touristiques (ce qui ne sera finalement jamais réalisé). Pourquoi ne pas faire la même chose ? C’est ainsi que les lignes directrices de l’action de l’association ont été tracées.

La suite … En cours de rédaction… 

 

Les commentaires sont fermés.